Demandes #15536

sandrification des taxons du futur guide diatomées de la Réunion

Added by Valérie Peeters 10 months ago. Updated 10 months ago.

Status:NouveauStart date:07/18/2018
Priority:NormalDue date:
Assignee:Valérie Peeters% Done:

0%

Category:Diatomées cours d'eau
Target version:-

Description

demande de la part d'Olivier Monnier:
Bonjour Valérie,

Je formule donc correctement la question:

Dans le cadre de la réalisation d'un guide technique de mise en œuvre de
l'indice diatomique Réunion (IDR ; indice réglementaire pour la surveillance
DCE), s'est posée la question de la sandrification (SANDRE) des taxons qui
participent au calcul de l'IDR (bien que ces codes SANDRE ne soient pas
nécessaires pour le calcul de l'indice avec le SEEE, les codes "métier", du
type Omnidia, étant à ce jour utilisés), l'Office de l'eau Réunion
souhaitant que les codes SANDRE apparaissent dans l'atlas des diatomées de
La Réunion, en cours de révision.

Si cela ne pose pas de problème pour les espèces valides, comme il y a
beaucoup de taxons du type "sp", "cf" ou "aff" dans les taxons participatifs
à l'IDR et que la sandrification des taxons non valides n'est en principe
pas possible, le secrétariat technique du SANDRE a accepté de faire une
exception pour les taxons des DOM. L'appellation suivante a été proposée
pour les taxons "aff" et "cf" (exemples) :

Amphora cf. copulata (Kützing) Schoeman & R.E.M.Archibald 1986 => devient
dans le SANDRE : Amphora sp n°3 cf. copulata

Cymbopleura aff. diminuta (Grunow) E.Reichardt 1994 => devient dans le
SANDRE : Cymbopleura sp n°1 aff. diminuta

C'est ainsi qu'il est proposé par soucis d'harmonisation que dans le guide
IDR comme dans l'atlas, tous les taxons concernés soient dénommés comme le
propose le SANDRE.

Cela ne me convient pas, car cette manière de dénomée les taxons est tout de
même différente des habitudes des taxinomistes dans les publications
scientifiques, qui permettent de savoir plus précisément à quel taxon on a
affaire, puisqu’on garde les auteurs. En effet, historiquement, il n’est pas
rarissime d’avoir deux noms de taxons identiques avec des hauteurs
différents. Perdre cette information peut alors être une source de
confusion. Cette forme pour nommer les taxons serait de toute façon très
certainement oblitéré dans des publications scientifiques qui pourraient
voir le jour sur ces taxons, car ne répondant pas aux usages, ce qui
compliquerait les références à l’atlas.

De mon point de vu, on utilise « sp. » pour une nouvelle espèce pas encore
décrite. Par exemple Achnanthidium sp. n°1

On utilise « cf. » pour une nouvelle espèce pas encore décrite dont les
caractéristiques sont similaires à une espèce connue, pour donner une idée
de ce à quoi elle ressemble. D’ailleurs dans la littérature, on voit souvent
« sp. cf. ». Par exemple Amphora cf. copulata = nouvelle espèce qui n’est
pas A. copulata mais qui lui ressemble (Amphora sp. cf. copulata serait
encore mieux). Donc utile ici également de préciser le nom de l’auteur de l’espèce
ressemblante à laquelle on se réfère.

On utilise « aff. » pour un espèce qu’on n’a pas pu déterminer mais qui
présente une forte ressemblance avec une espèce déjà connue. Par exemple
Caloneis aff. hyalina. Ici on est pas sûr qu’il s’agisse d’une nouvelle
espèce : il y a encore du travail avant de dire qu’il s’agit d’une Caloneis
hyalina ou d’une nouvelle espèce. Donc pour moi, il est important ici de
citer les auteurs, contrairement à une cf. pour laquelle on est sûr qu’il s’agit
d’une nouvelle espèce.

Mais dans tous les cas, mon point de vue est qu’à partir du moment ou un nom
d’espèce est invoqué, il faut lui associé le nom de son « inventeur ».

Ma question à la forge est : est-il acceptable/souhaitable de sandrifier des
taxons "cf" et "aff" sous la forme proposée par le SANDRE, sans aucune
mention de noms d'auteurs ?

History

#1 Updated by Valérie Peeters 10 months ago

  • Tracker changed from Anomalie to Demandes
  • Category set to Diatomées cours d'eau
  • Assignee set to Valérie Peeters

#2 Updated by Benjamin ROTH 10 months ago

Bonjour,

Je me permet d'ajouter quelques précisions et de rectifier quelques points par rapport à la demande de Monsieur Monnier ci-dessus.

En effet, Madame Karoline RUFFIE de l'Office de l'Eau de la Réunion a demandé début 2018 la sandrification des taxons qui participent au calcul de l'IDR. Dans cette liste, il y a de nombreux taxons "sp", "cf" et "aff" qui ne sont pas acceptés pour la sandrification de manière générale. Cependant, lors de la réunion du GT Taxons du 03/02/2017, il avait été évoqué cette particularité pour les taxons des indices DROM. Il avait alors été décidé de les sandrifier et d'indiquer les notions "aff"/"cf" en commentaire.

Afin d'être en accord avec la décision prise par le GT du 03/02/2017, le secrétariat technique du Sandre a proposé ce changement de nom pour la sandrification des taxons de l'IDR a l'Office de l'Eau de la Réunion et a Monsieur Gilles Gassiole. Ces changements ont été validé par Monsieur Gassiole qui proposait alors de les intégrer à l'ensemble des documents relatifs à l'indice IDR (guide et Atlas) pour une harmonisation complète.

Enfin pour rectifier le message de Monsieur Monnier, 'Cymbopleura aff. diminuta (Grunow) E.Reichardt 1994', deviendrait dans le Sandre 'Cymbopleura sp. 1_Atlas_Réunion_2018' et non pas 'Cymbopleura sp n°1 aff. diminuta' comme c'est indiqué ci-dessus. La notion "aff. diminuta (Grunow) E.Reichardt 1994" serait notée en commentaire.

Vous avez l'exemple de la sandrification de cette diatomée ici (en statut 'Réservé') dans le MDM du Sandre : http://mdm.sandre.eaufrance.fr/node/537715

Cordialement,

Benjamin Roth

Also available in: Atom PDF